Island-conservation-preventing-extinctions-marquesas-french-polynesia-fr

Projet d’éradication des rats envahissants pour la protection des oiseaux marins aux Marquises : les premières réussites !

Teuaua rendue indemne de rats afin de protéger les oiseaux marins de l’archipel des Marquises.        

  • Ce projet a permis de protéger les colonies locales importantes de Sternes fuligineuses, Pétrels de Bulwer ainsi que d’autres espèces d’oiseaux marins.
  • La restauration de Teuaua est la première étape d’un projet de grande ampleur : la restauration – prochainement aux Marquises – d’îles et d’îlots inhabités plus vastes et plus complexes à sauvegarder.
  • Le projet de restauration à Teuaua était logistiquement complexe et nécessitait de l’expertise, de la ténacité mais aussi de la volonté pour supporter le bombardement de fientes de milliers d’oiseaux !

Contacts:

  • Steve Cranwell, chargé du programme pour la sauvegarde des oiseaux marins à BirdLife: steve.cranwell@birdlife.org; tél. : +679 9754570
  • Tehani Withers, chargée de projets de restauration des îlots inhabités à SOP Manu: twithers@manu.pf; tél. :+689 40 52 11 00, +689 87377314
  • Sally Esposito, chargée de communication à Island Conservation: sally.esposito@islandconservation.org; tél. : +1706 969 2783

L’avenir est désormais un peu plus prometteur pour les oiseaux marins en Polynésie française suite à la réussite du premier projet d’éradication des rats envahissants aux Marquises.

island-conservation-invasive-species-preventing-extinctions-teuaua-restoration-seabirds-nest-richard-griffiths

Le projet, mené par la Société d’Ornithologie de Polynésie (Manu), Island Conservation, BirdLife International et l’Association Vaiku’a i te manu o Ua Huka, a permis de préserver la plus grande colonie d’oiseaux marins de Polynésie, composée d’une population de 90 000 Sternes fuligineuses.

Les rats autrefois présents sur Teuaua avaient l’habitude de dévorer les œufs, les poussins d’oiseaux marins et les plantes indigènes. Sur cet îlot aujourd’hui indemne de ces rats envahissants, les oiseaux marins peuvent à nouveau nicher en toute sécurité et les plantes indigènes peuvent enfin prospérer. Tehani Withers, gestionnaire du projet pour la SOP Manu, explique:

les deux îles (Teuaua et l’îlot voisin Hemeni – aussi indemne de rats) forment ensemble un habitat essentiel pour la reproduction des oiseaux marins et offrent un aperçu d’un écosystème côtier riche, un environnement autrefois prédominant aux Marquises .”

Les oiseaux de mer, souvent appelés «les ingénieurs d’écosystèmes», sont essentiels au bon fonctionnement de ces derniers. Ils améliorent la fertilité des sols insulaires en transférant les nutriments marins au milieu terrestre. Ces nutriments se déversent ensuite dans l’écosystème marin par le biais de processus d’altération naturelle des sols, enrichissant les eaux environnantes, augmentant la productivité des coraux ainsi que la croissance et l’abondance des poissons.

Steve Cranwell, gestionnaire du Programme international des oiseaux de mer du Pacifique pour BirdLife, a déclaré : « nous sommes optimistes sur le fait que les oiseaux marins autrefois présents reviendront nicher sur ce site, maintenant que leur habitat est indemne de rats, ce qui permettrait d’accroitre la diversité des oiseaux marins et de protéger les espèces menacées, dont l’Océanite à gorge blanche (Pita’e en langue marquisienne). »

island-conservation-invasive-species-preventing-extinctions-teuaua-restoration-marine-health-manta-rays

Jason Zito, spécialiste des projets de restauration à Island Conservation, a ajouté :

« le projet de Teuaua démontre qu’il est possible d’éliminer les rats envahissants introduits aux Marquises. La restauration de cet îlot en particulier est considérée comme une étape importante vers la mise en place des projets de restauration sur des sites beaucoup plus vastes et complexes, dont Hatuta’a et Mohotani. La restauration de ces deux îles en particulier améliorerait les conditions de quatre espèces d’oiseaux terrestres et de deux espèces d’oiseaux de mer, toutes en voie de disparition aux Marquises. »

Malgré sa petite taille, Teuaua était un site difficile du côté logistique. Comme le décrit Jason Zito, « le transport des personnes, du matériel et de l’équipement a été un défi permanent. À chaque débarquement, il a fallu sauter d’un bateau en mouvement, grimper à une corde pour atteindre un rebord rocheux d’un mètre de largeur, et ensuite escalader une falaise verticale de 10 mètres de haut pour accéder au plateau de l’île ». « Une fois sur le plateau, il n’y a eu aucun répit avec les bombardements de fientes et les crissements des milliers de Sternes fuligineuses qui nous empêchaient de nous entendre ou même de penser. »

island-conservation-invasive-species-preventing-extinctions-teuaua-landscape-seabirds

Teuaua est aussi un site culturel important pour la communauté de Ua Huka. Les œufs des Sternes fuligineuses (Kaveka en langue marquisienne) sont récoltés une à deux fois par an et d’après les dires des habitants, c’est la présence de fruits sur les Uru (arbre à pain) à Ua Huka qui indique lorsque les sternes vont pondre. Cette pratique perd de sa popularité puisque les nouvelles générations consomment de plus en plus d’aliments importés en provenance de Papeete (Tahiti). Cependant, il est tout de même important pour la population locale de disposer d’une ressource alimentaire en cas de pénurie d’approvisionnement. La récolte des œufs de Kaveka est en outre une pratique culturelle marquisienne qui existe depuis des décennies et fait partie intégrante du patrimoine polynésien.

L’objectif de ce projet était de restaurer l’habitat des oiseaux marins et des plantes indigènes en éliminant les rats de l’île, de renforcer la capacité locale pour la gestion des espèces envahissantes et d’offrir une meilleure protection à l’îlot voisin Hemeni, qui est aussi un refuge important pour les populations d’oiseaux marins, dont le Pétrel de Bulwer.

island-conservation-invasive-species-preventing-extinctions-teuaua-restoration-seabirds

Maintenant que Teuaua est indemne des rats, les partenaires engagés peuvent désormais planifier la restauration de six autres îles inhabitées des Marquises. Pour ce faire, ils doivent d’abord trouver le montant estimatif de 3 millions de dollars américains requis pour mettre en œuvre ce projet qui nécessitera un navire de soutien et un hélicoptère.

À propos des partenaires

Société d’ornithologie de Polynésie (Manu) – La Société d’Ornithologie de Polynésie « Manu » (« oiseau » en tahitien) a pour objectif la protection des oiseaux de Tahiti et de ses îles ainsi que la préservation de leurs habitats. Un groupe d’ornithologues amateurs enthousiastes a fondé cette association non gouvernementale et sans but lucratif en juillet 1990.

BirdLife International est un partenariat mondial d’organisations de conservation (ONG) qui s’efforcent de conserver les oiseaux, leurs habitats et la biodiversité mondiale, en travaillant avec les communautés locales afin qu’il y ait une utilisation durable des ressources naturelles. Ensemble, nous sommes 121 partenaires BirdLife dans le monde – un par pays ou territoire – et nous sommes en croissance. Nous sommes animés par notre conviction que les communautés locales, travaillant pour la nature dans leurs pays, mais connectées aux niveaux national et international par le biais de notre partenariat mondial, sont la clé du maintien de toute vie sur cette planète. Cette approche unique de locale à globale a un impact important et permet la mise en place de projets de conservation à long terme, pour le profit de la nature et des hommes.

BirdLife est largement reconnu comme le leader mondial de la conservation des oiseaux. Une science rigoureuse, éclairée par les expériences pratiques de projets sur le terrain, sur des sites et des habitats importants, nous permet de mettre en œuvre des programmes de conservation efficaces pour les oiseaux et la nature. Nos actions offrent des solutions pratiques et durables qui profitent de façon significative à la nature et aux gens.

Island Conservation est la seule organisation mondiale sans but lucratif de conservation dont l’objectif est d’empêcher les extinctions des espèces indigènes et ou endémiques en retirant les espèces envahissantes des îles. Nous travaillons où la biodiversité et le risque d’extinction des espèces sont les plus importants – les îles. L’élimination d’une menace principale – les vertébrés envahissants – est l’une des interventions les plus critiques pour la sauvegarde des plantes et des animaux menacés et la restauration des écosystèmes insulaires. Une fois les espèces envahissantes éliminées, les espèces insulaires et les écosystèmes indigènes peuvent se rétablir, souvent avec peu d’interventions supplémentaires. Depuis 1994, IC et ses partenaires ont réussi à restaurer 63 îles dans le monde, bénéficiant à 1173 populations de 468 espèces et sous-espèces.

Location Bureau Principal : Santa Cruz, CA (USA). Autres bureaux aussi présents en Australie, aux Bahamas, Colombie Britannique, Chili, Équateur, Hawaii, Nouvelle-Zélande, Palau et Porto Rico.                             

About Island Conservation

Island Conservation prevents extinctions by removing invasive species from islands. To date, we have successfully restored 63 islands worldwide, benefiting 1173 populations of 468 species and subspecies. Working together with local communities, government management agencies, and conservation organizations, we select islands that have the greatest potential for preventing the extinction of globally threatened species.

View All Posts
Share our mission!

Please consider sharing our website with your friends!